.COELIOSCOPIE

QU’EST-CE QU’UNE COELIOSCOPIE ?

La cœlioscopie (laparoscopie) permet d’examiner sous anesthésie générale l’intérieur de la cavité abdominale (en particulier les organes génitaux - utérus, ovaires, trompes) à l’aide d’une caméra sous forme de tube de quelques millimètres de diamètre introduit par un tube (trocart) et une incision de moins de 1 cm au niveau du nombril. L’image est transmise sur un écran relié à la camera.

Pour avoir une bonne vision de la cavité abdominale, un gaz (C02) est introduit dans l’abdomen. Ce gaz est complètement évacué à la fin de l’intervention.

Actuellement la grande majorité d’interventions de plus en plus complexes sont pratiquées sous cœlioscopie.
La durée de l’hospitalisation dépend de la nature des gestes effectués.
La grande majorité des cœlioscopies à ce jour est réalisée en régime ambulatoire (entrée et sortie de l’établissement le même jour).
Toutes les informations concernant la prise en charge ambulatoire vous seront expliquées lors de la consultation pré opératoire avec le chirurgien et l’anesthésiste.

 

 


AVANT INTERVENTION

- une consultation pré-anesthésique doit être réalisée systématiquement avant toute intervention.
- vous serez hospitalisée la veille ou le matin même de l’opération
- il peut être utile de procéder à une épilation totale de la région génitale (sera précisé en consultation pré opératoire)
- pour réduire au minimum les désagréments liés à la reprise du transit il est recommandé un régime sans résidus 5 jours avant l’intervention (une fiche vous sera remise lors de consultation pré opératoire)
- une douche à la Bétadine le matin de l’intervention (y compris les cheveux)
- jeun stricte minimum 6 heures avant intervention (ni boire ni fumer !)
- munissez-vous de tous les documents nécessaires (carte d’identité, carte Vitale, complémentaire, résultats d’analyses, traitement personnel)

 

 


TYPES D’INTERVENTIONS

La cœlioscopie diagnostique:
Elle permet de diagnostiquer une pathologie indécelable par d’autres examens :
Séquelles d’une infection génitale, endométriose, ovaires poly kystiques, adhérences, perméabilité des trompes ¨épreuve au bleu¨, évaluation après traitement (cancérologie).

La cœlioscopie opératoire:
La cœlioscopie opératoire est pratiquée à l’aide d’entrées (trocarts) supplémentaires au niveau de l’abdomen. Pour permettre le passage de tous les instruments nécessaires, des incisions de 5 mm à 12 mm son réalisées (ne laissant quasiment pas de cicatrices).

A l’aide des instruments (pinces, ciseaux, matériel de coagulation), introduits par ces entrées supplémentaires, il est possible d’effectuer un geste chirurgical :  

  • traiter une grossesse extra-utérine, un kyste de l’ovaire une endométriose ou des adhérences
  • réaliser une stérilisation tubaire
  • réaliser une hystérectomie, une cure de prolapsus ou des interventions complexes oncologiques.

 

 


LES RISQUES DE L’INTERVENTION

La cœlioscopie est une intervention chirurgicale à part entière - elle nécessite une anesthésie générale.

Comme toute chirurgie, cette intervention peut comporter très exceptionnellement un risque vital ou de séquelles graves.

En cas de difficultés opératoires, ou de complications, le chirurgien peut être amené à procéder à une ouverture de l’abdomen (laparotomie).

Exceptionnellement, des plaies graves (blessure, perforation) des organes internes de l’abdomen (intestins, vaisseaux sanguins, vessie, uretère) peuvent se produire.
Cela nécessite une prise en charge chirurgicale spécifique.
Des cas exceptionnels d’hémorragie peuvent mettre en danger de vie la patiente - une transfusion sanguine ou de produits dérivés du sang est dans ce cas nécessaire.
Au cours ou dans les suites de cette intervention peut survenir parfois, au niveau de la cicatrice, un hématome ou une infection (abcès).
Le risque de phlébite et d’embolie pulmonaire est exceptionnel.

La prise en charge actuelle de la douleur (anesthésie multimodale) permet d’éviter certains désagréments pouvant survenir dans la période post-opératoire : en particulier des phénomènes douloureux, principalement dans l’abdomen, pouvant s’étendre aux épaules.

Il est impératif d’informer le médecin de vos antécédents (personnels et familiaux) et de l’ensemble des traitements et médicaments que vous prenez. Certains risques peuvent être favorisés par votre état, vos antécédents ou par un traitement pris avant l’opération.

 

 


APRES L’INTERVENTION

- vous passerez en salle de réveil avant de retourner dans votre chambre

- la durée d’hospitalisation sera variable selon le type d’intervention réalisée (ambulatoire ou hospitalisation), celle-ci est définie lors de la consultation pré opératoire, cependant si les circonstances chirurgicales le rendent nécessaire, vous serez hospitalisée pour la nuit

- les consignes post opératoires (hygiène, soins à domicile, activité physique et sexuelle, reprise de travail) vous seront précisées avant votre sortie par le médecin et le personnel soignant

- après votre retour à domicile, si des douleurs, des saignements, de la fièvre, des vomissements, arrêt de transit ou toute autre anomalie apparaissent, il est indispensable de consulter ou d’en informer votre chirurgien ou celui de garde quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit.


- Contact heures ouvrables : 0555 18 55 24, 0555 19 55 23, 0555 18 55 22
- Contact nuit : 08 26 300 888
- En cas exceptionnel d’absence de réponse – appelez le 15 




Si ces informations ne peuvent pas répondre à toutes vos interrogations, n’hésitez pas à poser au chirurgien toutes les questions nécessaires lors de la consultation pré opératoire ou en utilisant notre formulaire de contact sur le site www.gynecobrive.fr