.HYSTEROSCOPIE

QU’EST-CE QU’UNE HYSTEROSCOPIE ?

L’intervention, qui se déroule par les voies naturelles, permet de visualiser directement la cavité utérine. Une mini caméra (3-5 mm) en forme de tube est introduite par le canal du col utérin. Un liquide (sérum physiologique) et en même temps utilisé et permet de dilater la cavité utérine pour une visualisation optimale.

L’HYSTEROSCOPIE REPRESENTE ACTUELLEMENT LE ¨GLOD STANDARD¨DANS LE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES PATHOLOGIES INTRA UTERINES ET REMPLACE LE CURTAGE SIMPLE DEVENU OBOSOLETE.

 

 


AVANT INTERVENTION

- une consultation pré-anesthésique doit être réalisée systématiquement avant toute intervention.
- vous serez hospitalisée le matin même de l’opération – l’intervention est généralement réalisée en régime ambulatoire (exceptions d’hospitalisation seront précisées lors de la consultation pré opératoire)
- il peut être utile de procéder à une épilation totale de la région génitale (sera précisé en consultation pré opératoire)
- une douche à la Bétadine le matin de l’intervention (y compris les cheveux)
- jeun stricte minimum 6 heures avant intervention (ni boire ni fumer !)
- munissez-vous de tous les documents nécessaires (carte d’identité, carte Vitale, complémentaire, résultats d’analyses, traitement personnel)

 

 


TYPES D’INTERVENTION

Hystéroscopie diagnostique : l’intervention  se déroule par les voies naturelles, permet de visualiser directement la cavité utérine afin de préciser le diagnostic et les possibilités de traitement.
Hystéroscopie opératoire : permet de traiter certaines pathologies de la cavité utérine confirmées par l’exploration (fibromes, polypes, anomalies de la muqueuse, cloisons, synéchies, stérilisation tubaire...) à l’aide d’instruments et/ou d’un bistouri électrique, toujours par les voies naturelles. Une dilatation de col utérin peut être nécessaire.
Pour de raisons de sécurité nous utilisons des instruments bipolaires.
L’intervention peut être réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale (péridurale ou rachianesthésie), ou sous analgo sadation en combinant plusieurs méthodes d’anesthésie (anesthésie multimodale).
Les interventions les plus simples peuvent être réalisées sans anesthésie, après prise de traitement analgésique ou sous hypnose (sera précisé lors de votre consultation pré opératoire du chirurgien et de l’anesthésiste).
L’hystéroscopie peut être associée à une autre intervention au cours de la même anesthésie (par exemple, en cas de stérilité, une cœlioscopie est souvent réalisée simultanément).

 

 


LES RISQUES DE L’INTERVENTION

L’hystéroscopie est une intervention courante et bien réglée dont le déroulement est simple dans la majorité des cas. Hormis les risques spécifiques à l’anesthésie, les complications sont cependant rares.
Comme toute chirurgie, cette intervention peut comporter très  exceptionnellement un risque vital ou de séquelles graves.

Exceptionnellement, des plaies graves (blessure, perforation) des organes internes de l’abdomen (utérus, intestins, vaisseaux sanguins, vessie, uretère) peuvent se produire.
Cela peut empêcher la réalisation de l’acte qui était prévu initialement. Cela ne nécessite généralement pas d’intervention mais une cœlioscopie peut parfois être nécessaire pour éliminer une lésion exceptionnelle des organes de voisinage (intestin, vessie, vaisseaux sanguins) qui nécessiterait une prise en charge spécifique.
Des risques exceptionnels liés à la réabsorption du liquide injecté dans l’utérus ont été décrits (œdème du poumon, réaction allergique, troubles cardiaques), pouvant très exceptionnellement entraîner un risque vital ou de séquelles graves.
Cela nécessite une prise en charge spécifique.
Des cas exceptionnels d’hémorragie peuvent mettre en danger de vie la patiente - une transfusion sanguine ou de produits dérivés du sang est dans ce cas nécessaire.
Exceptionnellement, une hémorragie ou une infection sévère peuvent survenir dans les jours suivant l’opération et nécessiter une ré intervention.

La prise en charge actuelle de la douleur (anesthésie multimodale) permet d’éviter certains désagréments pouvant survenir dans la période post-opératoire : en particulier des phénomènes douloureux, principalement dans l’abdomen.

Il est impératif d’informer le médecin de vos antécédents (personnels et familiaux) et de l’ensemble des traitements et médicaments que vous prenez. Certains risques peuvent être favorisés par votre état, vos antécédents ou par un traitement pris avant l’opération.

 

 


APRES  INTERVENTION

- s’il y a eu une anesthésie, vous passerez en salle de réveil avant de retourner dans votre chambre
- la sortie aura lieu le jour même (ou le lendemain dans cas exceptionnels) après visite du médecin et son autorisation de sortie
- un saignement vaginal modéré est banal au cours de la période postopératoire
- les consignes post opératoires (hygiène, soins à domicile, activité physique et sexuelle, reprise de travail) vous seront précisées avant votre sortie par le médecin et le personnel soignant

- après votre retour à domicile, si des douleurs, des saignements, de la fièvre, des vomissements, arrêt de transit ou toute autre anomalie apparaissent, il est indispensable de consulter ou d’en informer votre chirurgien ou celui de garde quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit.

 



- Contact heures ouvrables : 0555 18 55 24, 0555 19 55 23, 0555 18 55 22
- Contact nuit : 08 26 300 888
- En cas exceptionnel d’absence de réponse – appelez le 15

 

 


Si ces informations ne peuvent pas répondre à toutes vos interrogations, n’hésitez pas à poser au chirurgien toutes les questions nécessaires lors de la consultation pré opératoire ou en utilisant notre formulaire de contact sur le site www.gynecobrive.fr